Dépaysement au coeur de Paris

(c) Pauline PINOT

 

Un de mes objectifs de cette année est de partir plus à l’aventure au-delà de nos frontières, malheureusement ce mois-ci a été plutôt surbooké et je n’ai pas pu partir en escapade …

Cependant j’ai trouvé une alternative pour voyager sans partir de Paris !

Et oui, dans le 6ème arrondissement, niché entre la Seine et Saint Germain, se trouve un petit endroit propice au dépaysement.

RDV au 29 rue Mazarine 75006 Paris.

Je devais m’y rendre il y a quelques mois mais après quelques mésaventures je n’avais pas pu y mettre les pieds. C’est ainsi samedi dernier, lorsqu’une amie est venue sur Paris, que l’occasion s’est toute trouvée !

C’est dans une rue banale qui ne paie pas de mine que ce trouve un restaurant, que dis-je, un temple du ramen !

Nous sommes arrivées dès l’ouverture à 12H, car il faut savoir que la patience est une des clés pour y manger un de leur délicieux ramen. Par chance, n’étant que deux, nous avons attendu à peine une dizaine de minutes, et nous avons pu dépasser les groupes affamés qui attendaient pour 4/5 personnes.

Vu de l’extérieur nous apercevons au travers de la devanture vitrée un tout autre univers que le Paris qui nous entoure. Une fois la porte franchie nous nous trouvons dans une ruelle japonaise dans la pénombre où des lueurs de lumières chaudes s’échappent des lanternes qui ponctuent notre traversée. Un petit stand avec des gadgets, masques, banderoles nous accueille sur notre droite, des clients s’installent pour manger devant. Nous avançons ensuite en longeant une cuisine ouverte sur laquelle donne une tablette où des personnes dinent en tête à tête avec les rois du ramen. Dans le fond de cette ruelle, de grandes affiches, lanternes, enseignes lumineuses éclairent les personnes attendant leurs mets accoudées à des tables faites de caisses de saké.

De notre côté, on nous invite à grimper quelques marches en bois nous emmenant sur un petit palier. On nous invite à passer derrière deux pans de rideaux en soi, et nous voici dans une maison nippone, aux couleurs clairs et apaisantes. Des panneaux japonais nous entourent, quelques tables sont installées dont une grande sur laquelle nous sommes conviées.

A nos côtés des personnes de différents horizons : France, Japon, Angleterre, Amérique latine.

 

(c) Pauline PINOT

(c) Pauline PINOT

(c) Pauline PINOT

(c) Pauline PINOT

Ramen ? Kesako ?

Une fois les cartes en main, une question s’est vite posée… comment ça marche ?

N’étant pas des pros du ramen, nous n’en avions jamais mangé, nous avions du mal à comprendre ce qu’il y avait vraiment dedans (bien que c’était clairement écrit dessus), nous avons donc demandé quelques informations à la dame qui s’occupait de nous, dont je salue la patience car il nous a bien fallu un bon quart d’heure pour choisir ce qu’on allait commander.

La carte propose des ramens auxquels nous pouvons ajouter des suppléments, et pour chaque ramen le chef a écrit une idée de « composition ».

Le ramen, dont la recette est vieille de plus de 100 ans, est en soit composé d’une soupe / bouillon (fait ici avec des poulets fermiers jaunes des landes), dedans nous y trouvons des nouilles (faites maison avec le blé de leur propre champ), il peut y avoir de la sauce dites « tare », de l’huile, et du topping.

Au kodawari ramen, plusieurs ramen assez divers sont proposés, pour ma part j’ai hésité entre deux ramen avant de porter mon choix sur le ramen de saison le Potimarron Paitan ramen, au prix de 14€, qui est composé d’une soupe de potimarron, huile de cèpe, légumes de saison (2 tranches de potimarron, 2 tranches de betteraves, des pousses de bambou, du salsifis) ce ramen est leur ramen végétarien. Pour ma part j’y ai ajouté en supplément 2 tranches d’échine de porc fermier basque, dites Chashu de porc au prix de 3€.

 

(c) Pauline PINOT

(c) Pauline PINOT

Verdict :

J’ai été agréablement surprise par ce ramen assez doux, toutes les saveurs se mariaient bien ensemble. En ce qui concerne la façon de le manger, on était un peu en galère face à des grandes tranches de porc versus deux baguettes… Niveau quantité, c’est très copieux, et personnellement avec mon petit estomac je n’ai pas pu finir. Rapport qualité prix, je trouve que c’est raisonnable.

C’est donc une très bonne découverte, tant sur le lieu que sur les plats proposés, je conseille vivement cette adresse, et je compte y retourner rapidement !

Il y a t-il des fans de ramen prami vous ?

Bécots ! Pauline xxx



2 thoughts on “Dépaysement au coeur de Paris”

Leave a Reply

Your email address will not be published.